Rechercher
  • Daria Soren

Jour 36/ La plus belle chose

Mis à jour : 12 mars 2019

Aussi destructrice que soit notre espèce, ce monde est magnifique. Ou plutôt, si on n’y était pas, il le serait.

La nature est créatrice, nous aussi. C’est notre nature de créer. Nous nous sommes coupés de cette nature sensible et spirituelle.

Nous pouvons être de fabuleux inventeurs, mais parfois au service de la destruction. On devrait relier plutôt cette créativité à nos coeurs, à notre fantaisie, à notre joie.

Je dis ça, mais c’est clairement la souffrance qui me fait écrire. J’éprouve le besoin de faire cette plongée dans mes abysses. Pour beaucoup de personnes, l’art est une manière de s’extirper de sa souffrance en créant à partir d'elle et en la partageant.

C’est un acte ampathique caché derrière un acte égocentrique.


Finalement, ma situation est bien. Je me sens enfin bien. Je retrouve mon état normal. Mon esprit, ma tonicité physique, la fin du tremblement. Ce sont de petits changements qui occasionnent les meilleures choses. Bizarrement.

Je vais progressivement arrêter les médicaments. Les vacances vont aider. Et à la rentrée, je mets en oeuvre le chapitre 2 de ma vie.


Ce blog est un coeur qui se vide et se remplit. Un massage cardiaque. Il faut presser ce coeur pour en faire sortir le sang d’encre.

Ma nouvelle sera courte et incisive comme un poignard. J’ai vécu ça et je ne veux pas l’oublier. Je veux toujours me rappeler de ce tournant dans ma vie. C’est une chance que j’ai eu ce signal. Je veux rester éveillée à ce que j’ai ressenti. A cette émotion. A cet amour si fort en pleine souffrance. Au fond de l’abysse, noyée et à nue, c’est mon fils qui m’a guidée. C’est la plus belle chose que ce monde ait créé.

80 vues

©2018 by Journal d'un burn out. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now